Le Syndicat de copropriété est une collectivité qui regroupe tous les copropriétaires d’un immeuble..

« Je ne connais pas de syndics qui ne pensent pas à ses clients »

On peut être directeur d’une agence appartenant à un groupe national et intervenir bénévolement au sein d’une association de défense des copropriétaires. Pour preuve  Thierry Deveau, qui y voit la même démarche de service.

Pouvez-vous nous présenter le cabinet Tagerim Val de Seine ?

Le cabinet Tagerim val de Seine fut créé en 1998. Il est issu du rachat de trois cabinets à Boulogne, Sèvre et issy-les-moulineaux par le PDg de Tagerim, Jérôme Quentin-mauroy. Nous avons recentré toute l’activité - principalement la gestion de copropriété - au sein d’une seule et même agence. Nous appartenons à un groupe qui se veut rester à taille humaine. Nous ne pouvons ni ne voulons être comparés avec les mastodontes du secteur. Nous avons choisi délibérément de rester une agence de quartier indépendante en profitant des avantages que peuvent fournir un groupe comme la logistique, la formation, la structure, ce qui constitue un avantage pour nos clients. 

Quelle est la particularité du marché ouest parisien, comme Issy-les-Moulineaux ?

Nous nous positionnons sur des copropriétés qui correspondent à la taille moyenne nationale, environ 25 lots. Issy-les-Moulineaux est doté de nombreux petits immeubles au même titre que clamart, meudon et autre communes environnantes dans lesquelles nous exerçons. Boulogne, récent marché sur lequel nous nous sommes intégrés depuis trois ans, constitue un parc de plus gros ensembles. Nous gérons donc plutôt de petits et moyens immeubles, même si au fil du temps, nous avons étoffé notre patrimoine en obtenant la gestion de copropriétés plus importantes. C’est l’avantage d’être dans un groupe : nous pouvons répondre à n’importe quelle demande de 5 lots à 250 lots ! nous ne refusons d’ailleurs pas les petites copropriétés, au grand étonnement parfois des propriétaires… 

Ce marché est aussi marqué par l’émergence d’une nouvelle classe de propriétaires, des cadres, plus jeunes ?

Tagerim a racheté des cabinets familiaux où les clients étaient habitués à une proximité, une relation un peu paternaliste des anciens dirigeants. Nous voulons maintenir cet esprit de disponibilité et de convivialité.

Cependant, les copropriétaires évoluent. Issy-les-moulineaux connaît une expansion économique importante. Il y a effectivement un afflue de cadres qui s’installent pour des raisons de proximité professionnelle et de coûts. Il y a donc une nouvelle génération de copropriétaire et le rapport propriétaires anciens / propriétaires récents passe progressivement d’un ratio 80/20 à 60/40. Ces copropriétaires de différentes générations n’ont évidemment pas les mêmes aspirations. Cela influence les choix financiers : il y a une remise en cause des prestataires, des dépenses.

L’immobilier, même à Issy-les-moulineaux, reste élevé. C’est un investissement lourd pour ces jeunes cadres qui veillent à sa valorisation. Ces nouveaux propriétaires participent donc activement aux ag, quitte parfois à modifier « l’ordre établi ». On peut comprendre que des investissements sur plusieurs années semblent moins judicieux pour des propriétaires âgés que pour les jeunes. Cela peut déboucher sur un conflit de génération et nous nous retrouvons au milieu. Nous avons donc un travail important de persuasion et de psychologie à faire !

Le métier devient plus difficile ?

Les délais de réactivité demandés deviennent plus compliqués. Avec le courriel, les clients veulent des réponses immédiates là où avant, un coup de fil voir une visite même différée aurait suffit. Il faut donc se structurer pour répondre à tous les besoins le plus rapidement possibles car quelques fois le fruit d’un bon travail peut être remis en cause au prétexte que l’absence de retour immédiat signifie que le syndic ne s’intéresse pas aux demandes ou aux besoins de ses clients. Cela est faux ! Je ne connais pas de syndics petits ou grands qui ne pensent pas à ses clients !

Tous les cabinets se recentrent aujourd’hui pour rendre visibles et simples les services aux clients. Si une différence ressort entre les groupes et les cabinets indépendants elle se situe là. Les groupes ont cette chance inouïe de bénéficier de structures dédiées spécialisées. Celles-ci apportent des prestations annexes complémentaires, incluses dans leurs prestations, même si elles n’émanent pas directement de l’agence. Tagerim a ainsi mis en place une direction juridique, un pôle qualité clients et créer une structure qui gère l’ensemble des salaires et charges sociales de nos gardiens et employés d’immeubles. Nos gestionnaires peuvent donc se reposer sur des équipes opérationnelles de qualité et ainsi se consacrer davantage à leurs clients. 

Justement, comment vous situez-vous face aux groupes plus importants mais aussi face aux petits cabinets indépendants qui vantent leur proximité ?

La proximité est une notion effectivement incontournable. Le syndic est un prestataire de service. Les cabinets indépendants ont cette compétence et d’une certaine manière les groupes ont dû s’adapter à cette réalité, en ouvrant des cabinets de proximité. Il est impossible de gérer à distance comme cela a pu se faire voilà des années. Nos clients veulent désormais des réponses quasi immédiates et parallèlement, attendent de nous une présence à leur côté. Il faut donc être réactif dans les actions, être disponible mais aussi être sur le terrain. C’est parfois difficile mais nous devons nous adapter à ces exigences de proximité, de réactivité et de communication.

 



Tagerim Val-De-Seine
22 collaborateurs
• Administration de biens • Syndic
20, bis avenue Bourgain
92136 Issy-les-Moulineaux
3500 adhérents
Tél. : 01 41 09 06 30
Fax : 01 41 09 06